Jeudi

 

thanksgiving blog3Il est 8h09 exactement, me voilà assise à une terrasse de café comme il y en a 1000 et une autres, la fille à la table d’à coté parle fort dans son téléphone.

Le soleil de Floride me réchauffe le dos et mon ‘white chocolate and peppermint mocha’ les pensées, pendant que les joggeurs de tous âges passent, précipités sur le pavé à l’aube, redoublant d’énergie sans doute à l’idée du repas gargantuesque qui les attend dans quelques heures.

Je n’ai jamais fêté Thanksgiving, évidemment.

Jusqu’à l’année dernière, où un couple nous a gentiment invités à les rejoindre pour un déjeuner tardif, avec leur famille. C’est marrant d’ajouter une fête au calendrier, de faire partie d’un monde où il est évident que le 4ème jeudi de novembre est spécial, férié, et une occasion de plus de se retrouver, de dire ‘merci’.

Je n’ai jamais fêté Thanksgiving, et je ne suis pas sure que l’histoire traditionnelle racontée dans les écoles soit vraiment vraie de vraie (les indiens et les pères pèlerins qui se retrouvent pour un énorme repas, fêtant la 1ere récolte, dans un esprit de partage et de reconnaissance, se promettant une entraide éternelle…).

Certes.

Mais l’idée de s’arrêter une minute, de penser un peu à la reconnaissance que j’ai, ou que je devrais avoir pour tant de choses, pour ce que je suis ; l’idée de porter un regard nouveau sur les personnes qui comptent pour moi, les observer et apprécier tous les traits de personnalité qui font qu’ils sont eux, juste eux, et personne d’autre ; réaliser que j’ai non seulement assez pour vivre mais même suffisamment pour partir en vacances une semaine, penser aux cadeaux de Noël, et me payer un café en terrasse ; appuyer sur ‘reset’ assez longtemps pour me rendre compte que même si tout m’était enlevé j’aurai quand même le privilège d’ouvrir les yeux chaque matin, et de respirer l’oxygene-cadeau-du-ciel.

thanksgiving blog2

Ces pensées-là valent le coup de marquer son calendrier exprès, une fois par an, pour intentionnellement réorienter sa perspective. Oui, je pourrai faire ça tous les jours, ou n’importe quand, sans date forcée. Oui, bien sur, juste parce qu’il y a un jour spécial ne veut pas dire que tout le monde nourrit soudainement des pensées nobles et généreuses envers son prochain.

Mais c’est l’opportunité que j’apprécie, c’est le rythme qui me plait. C’est comme Noël, ou les anniversaires, ou même la St Valentin. On en fait ce qu’on veut, le choix est libre ; ignorer, refuser pour prouver son opinion, oublier, accepter… Mais l’invitation est là. Juste un jour, juste une fois par an.

Je regarde le chemin que j’ai parcouru en un peu plus d’un an, et je ne peux m’empêcher de sourire. On ne vit plus dans un appartement humide en sous-sol mais dans une maison avec jardin et mini potager où mes enfants courent et jouent et se disputent souvent ; et même si je sèche encore mes larmes après les pertes successives de 3 grossesses, je regarde maintenant mon ventre remuer, plein d’une vie nouvelle prête à prendre sa première bouffée d’oxygène dans 8 semaines.

J’ai rendu mon uniforme de caissière et pris le rôle de 2nd teacher dans l’école Montessori que mes enfants fréquentent, enseignant aussi le français.

Charlotte et David sont heureux et bien dans leur peau, ils ne semblent pas excessivement traumatisés par les défauts de leurs parents, et Brett est mon partenaire de vie toujours aussi patient et généreux, un père a l’écoute et présent, qui pèse ses mots et parle donc avec sagesse et humour, même dans les situations difficiles.

Je n’aime pas le mot ‘parfait’ parce que vraiment, rien ne l’est, et rien ne devrait l’être. La beauté réside dans le voyage, elle est cachée dans la progression, dans les hauts les bas, les heurts et les larmes et les moments paisibles, qui font qu’on est tous un peu cabossés, un peu abimés par nos histoires.

C’est là que se trouve la vie, dans le tumulte des jours, dans les heures à attendre aux urgences et dans une conversation sur l’origine du vent avec un petit garçon de 4 ans. Dans une balade sur la plage, le bruit des vagues en fond sonore, et dans chaque repas avec les gens que j’aime. La ‘perfection’ est à portée de main, dans les instants sans importance qui ne demandent qu’à être vus.

Et c’est pour cette vie que j’éprouve une reconnaissance sans bornes, c’est pour ce privilège que j’ai envie de dire merci, aujourd’hui surtout.

Happy Thanksgiving !

thanksgiving blog

Une réflexion sur “Jeudi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s