En attendant

Image

Pas le temps de sortir de la voiture.

Non, même pas pour 5 minutes. Pas envie de me garer, ni de défaire les ceintures, encore moins d’aider Charlotte et David à descendre puis à traverser le parking, avant d’entrer dans la banque et retirer les manteaux. Sans oublier le petit speech entre 6 yeux sur la façon de se tenir en public. Non, vraiment pas motivée pour me retourner approximativement toutes les 2 secondes en m’assurant qu’ils ne sont pas en train de faire des galipettes arrière sur les fauteuils mis à la disposition de clients âgés de plus de 5 ans.

Heureusement, nous sommes à Nashville. Je contourne donc le petit bâtiment et passe par le ‘drive-thru’ ; je retire des billets au distributeur depuis ma vitre ouverte, avant de me diriger vers la petite fenêtre. ‘Bonjour !’, je dépose chèque et carte bancaire dans le sas, ‘merci de déposer ça sur mon compte’. 10 secondes plus tard je redémarre en pensant à ma prochaine mission.

Je suis loin d’exceller dans le domaine de la patience, et à en croire mon environnement, je n’ai nul besoin de développer cette qualité.

‘Drive-thru Coffee !’

‘Drive-thru Lunch !’

‘Drive-thru Pharmacy !’

Que dis-je, Drive-thru Pharmacy, non ! C’est mieux encore. Mon médecin passe lui-même commande de ma prescription à l’issue de la consultation. Via i pad. Je n’ai plus qu’à passer à la pharmacie de mon choix ; le temps d’y arriver, et mes médicaments sont là sur le comptoir, emballés étiquetés prêts à partir. Je règle et attrape le sachet en papier… depuis ma voiture. ‘Have a nice day !’

Image

Et pourtant. Si seulement…Je ne suis pas aveugle.

Je sais bien que pour mes désirs les plus grands, en ce qui concerne mes espoirs et mes projets de vie, évidemment, je n’ai pas de raccourci. Je suis plantée là, à la fois ancrée dans le présent et attirée par un rêve hors de ma portée, échappant à mon contrôle.

Ah ce tiraillement incessant entre le maintenant et le pas encore, et ce Dieu que j’aime, et qui m’aime encore plus, et qui refuse de céder immédiatement à mes exigences.

Il sait mieux que moi ce dont j’ai besoin, oui, mais je crois aussi que pour apprendre la patience, le meilleur moyen c’est encore d’avoir à attendre.

Ça m’est tellement difficile. Je traverse des montagnes russes ; l’abandon total, dans la  confiance, puis l’amertume devant le temps qui passe et fait grandir le doute. Et si…? Et si ‘ça’ n’arrivait jamais ? Est-ce que Dieu, mon créateur, me serait suffisant? Est-ce qu’il est ‘assez’ ? Et s’il a l’intention de pourvoir, alors pourquoi pas maintenant ?

Dieu et moi n’avons pas les mêmes intérêts, ni la même perspective. Je regarde mon environnement immédiat, je prends note, intérieurement, de tout ce qu’il me manque ; et ces besoins sont peut-être même légitimes.

Mais ce qui l’intéresse, Lui, ce n’est pas que j’obtienne ce que je veux. Au fond, je n’ai que quelque 80 années à vivre, un temps relativement court comparé à l’éternité ; alors que j’ai deux enfants ou trois, que je vive à l’abri du besoin ou que je doive calculer chaque dépense, peu importe.  J’ai l’impression que Dieu veut me préparer à l’éternité ; c’est l’évolution de mon caractère qui l’intéresse. Le changement profond et durable de mon cœur ; l’orientation de mes pensées ; mon attitude.

Je veux attendre dans un esprit de reconnaissance. Par pour ce qui va arriver –ou pas- mais juste pour Dieu, sa présence, son amour infini, éternel et sûr. Une amie m’a un jour dit, alors qu’elle était elle-même dans l’attente d’un enfant depuis des années : « You know, I realise I don’t love Jesus for what He can give me. I love Him because he forgave my sins. »

Puisque l’attente est inévitable, puisque je sens bien qu’elle m’enseigne ce que je ne pourrai apprendre autrement, autant attendre bien. Je ne veux pas regarder en arrière d’ici quelques années, mon désir finalement devenu réalité -ou pas- et regretter ma façon d’avoir vécu l’attente.

Je veux m’appuyer sur Dieu et lui faire confiance, parce que sa perspective est plus grande que la mienne. Parce qu’il sait déjà; et trépigner ou me plaindre me rendent aveugle. Je veux garder les yeux grands ouverts sur les bienfaits qui m’ont déjà été accordés, sur les histoires d’autres qui ont attendu, dans la Bible ou aujourd’hui.

Je veux baigner dans une reconnaissance constante, pour l’air que je respire, pour la vie qui m’est prêtée, pour les deux enfants si précieux qui m’ont été confiés et le mari que j’ai dû attendre, que je n’espérai plus et dont j’ai pourtant le privilège de partager l’existence aujourd’hui.

Je veux attendre, non pas dans la douleur et la tristesse, mais dans l’expectative heureuse d’un évènement tant désiré.

Le peuple juif a attendu 400 ans entre la dernière parole de Dieu, dernière prophétie, et l’arrivée de Jésus.

Dans un silence divin.

Il y a de quoi douter, s’agiter, perdre espoir. Et pourtant, chaque année, des milliers de familles fêtent l’avent. 4 semaines, 4 bougies, 4 cents ans. On sait maintenant que Noël arrive, que Jésus est né. Mes enfants ouvriront une case du calendrier par jour, comme moi avant eux, en gardant des yeux pleins d’étoiles fixés sur le jour de Noël.

‘C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour. Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles. (2 cor 4:16-18)

Voilà. C’est comme ca que je veux vivre.

Je ne peux pas amputer mon espoir profond, comme inscrit dans mon ADN.

Mais je peux choisir l’importance que je lui donne, et la direction de mon regard. Je veux avancer, les yeux fixés sur mon Sauveur, imprégnée d’une anticipation joyeuse et reconnaissante.

Je n’aurai pas perdu mon temps, quoi qu’il arrive.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s