Enracinée

blog pic2Enracinée

Dans la voiture ce matin, en conduisant Charlotte à l’école, j’ai entendu un crissement de freins. Ceux de ma voiture. Ah? Pas normal, ça, les freins sont normalement silencieux, non ? Un petit bruit, et je m’imagine les freins à bout, sur le métal, et le garagiste fronçant les sourcils d’un air désapprobateur en m’annonçant le verdict : ‘il faut tout changer, évidemment ; vous ne faites pas réviser votre voiture régulièrement, espèce d’irresponsable, alors au lieu d’un coût minimum, maintenant c’est jackpot –pour moi.’

Et puis je me suis rendu compte que le même principe pouvait s’appliquer à la santé. Les petites ‘révisions’ comme disait mon grand-père, servent à éviter les gros tracas. On surveille sa tension, on va chez le dentiste une fois par an et pour les plus consciencieux –acharnés ?- on fait du pilâtes ou du vélo, de la marche, de la danse, ou soyons fous, du sport en salle.

Et pour ma vie avec Dieu alors, je fais comment ? Est-ce que je peux m’immuniser, me protéger du pire à coup de lecture de la bible et de prière tous les jours et de dimanches matins à l’église ? Pas vraiment…

Mais je peux protéger et entretenir ma relation avec Dieu, et grandir… Alors quand la tempête inévitable survient, je suis secouée mais pas brisée ; endommagée peut-être par la perte d’une certaine innocence, mais pas déracinée.

En me rapprochant par exemple de ceux qui marchent avec le Créateur et en m’arrêtant assez longtemps pour entendre leurs histoires, je découvre différentes facettes du même diamant. Et je fais un pas de plus vers l’auteur si mystérieux de la vie.

Être -sans ‘faire’- dans la présence de Dieu est quelque chose que je dois prévoir dans la journée, parce que ça n’arrive pas tout seul. Ma responsabilité c’est de créer un espace de dialogue, sinon quotidien au moins régulier avec mon Créateur. Et tout comme n’importe quel autre rythme, cela me semble tellement pénible au début, presque contre nature. Pourtant jour après jour l’habitude se crée, s’ancre… Jusqu’au jour où, telle une athlète devant ses séances d’entrainement, je ne peux plus m’en passer.

Avec lui, je fais pousser mes racines, je m’ancre plus profondément. Dans sa présence, il me révèle à moi-même, mais surtout, surtout, il m’aime… Et il sait déjà tout ; toutes mes prières et mes pleurs, tous mes doutes et mes incertitudes, tous mes espoirs secrets.

Il me montre tendrement à nouveau que si je veux bien m’arrêter et écouter sa voix -au lieu de la mienne qui accuse-, je serai à nouveau en paix. Et si je n’obtiens pas une réponse maintenant, quelle importance vraiment face à son vaste amour ; à son pardon immense ; à sa grâce renouvelée chaque matin, fraiche comme la rosée.

Il me promet un jour nouveau.

Je me souviens alors qu’il a marché sur cette Terre et qu’il a connu mes souffrances. Oui, il sait tout déjà parce qu’il était là, au moment de ma douleur intense ; cette nuit tellement sombre où je perdais ce qui m’était oh combien précieux, et me sentais déchirée de l’intérieur. C’est lui qui me mène sur le chemin de la vie ; cette vie si riche et intense et créée juste pour moi.

Sa présence me recharge, me connecte à son être. J’ai besoin de lui plus que de ce qu’il peut me donner, plus que d’une réponse à mes prières angoissées. Je désire m’imbiber de son Esprit, baigner dans sa présence pour pouvoir affronter mes pensées, les heurts de chaque jour et les listes sans fin.

J’ai besoin de lui comme d’oxygène, comme de mon cœur qui bat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s