Jeu d’enfant

Jeu d'enfant picJeu d’enfant

Mes enfants sont encore à l’âge ou ils veulent passer du temps avec moi, à tout instant de la journée. La phrase que j’entends le plus souvent vient de ma fille de 4 ans : ‘maman, tu viens jouer avec moi s’il te plait ?’

Ça commence à 6h du matin, et ça fini 13 heures plus tard environ avec : ‘maman, encore une histoire ? Encore une chanson alors !’

Charlotte et David, 2 ans, désirent plus que tout être avec moi -et leur père- du moment où ils se lèvent au moment où ils se couchent. Ils veulent jouer aux lego et courir avec un avion en papier à travers la maison, danser et dessiner, jouer dans le bac a sable,  regarder ‘Playschool’ à la télévision et lire et bricoler, cuisiner et prendre leur bain. Avec moi ou Brett constamment à leurs cotés.

Ils ne demandent que très rarement des cadeaux. Sauf quand l’ainée voit son petit frère jouer avec quelque chose qu’elle aimerait pour elle. Elle se retient de le lui arracher des mains, et trouve une solution parfaite: ‘maman, tu pourras en acheter un comme ça pour moi aussi ? Le même ?’

Je me demande si c’est ce que Dieu attend de nous; qu’on désire simplement sa présence. Et si c’était une des facettes de ces mots de Jesus : ‘laissez venir à moi les petits enfants. Ne les en empêchez pas, parce que le royaume de Dieu appartient à ceux qui leur ressemblent.’

Je me rends compte que  viens souvent à Dieu avec une liste en tête de ce que je veux, ou de ce qu’il me manque. C’est dommage. Pour moi.

Parce que je passe à coté de moments intimes avec mon créateur, et parce qu’il a sans doute mille choses à me dire, si seulement je voulais bien me taire quelques minutes; et lui faire place.

Je ne prends pas vraiment le temps de juste être avec lui, juste pour lui, et pour moi. Je viens, mais j’ai mon programme dans la tête, prête à dégainer et à parler en premier.

C’est fou non ?

Je sais que c’est légitime de demander quand je suis dans le besoin, de me délester de mes soucis, de mes peines sur lui, parce qu’il a les épaules bien assez larges, et qu’il aime donner de bonnes choses a ses enfants. Je sais aussi qu’il me dit : ‘tu n’as pas parce que tu ne demandes pas’. Il me demande de ne pas m’inquiéter, il connaît jusqu’au nombre de cheveux sur ma tête, et je dois en priorité chercher son royaume et sa justice ; toute chose me sera donnée en plus.

Je crois qu’en cherchant son ‘royaume’, sa présence, et en marchant avec lui au jour le jour, il change mes désirs. Petit à petit, je ne recherche plus les mêmes choses.

Ce que je pensais vouloir plus que tout, qui était devant mes yeux si clairement, en fait, ce n’est plus une priorité. finalement ce que je désire avant tout, c’est cette paix profonde, qui fait que même au milieu du besoin le plus criant je peux lui faire absolument confiance. Je recherche cette joie et cet espoir infinis, qui percent la plus sombre des nuits. Aujourd’hui c’est difficile, j’en ai du mal a respirer… mais sa présence me réconforte, il tient mon avenir entre ses mains. Que vouloir de plus?

Je dois réapprendre cette innocence, ce désir, ce besoin dans mon essence de juste être avec Dieu toute la journée…Du moment où j’ouvre les yeux au moment où je me couche. Un jeu d’enfant, quoi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s